La traduction des références culturelles: entre effacement et préservation (une analyse comparative des traductions française et italienne du roman Temă pentru acasă de Nicolae Dabija)

Auteurs-es

  • Irina DEVDEREA

Résumé

Résumé: Notre communication se veut une mise en relief du canon culturel constitué en Bessarabie de l’après-guerre malgré toutes les conditions géopolitiques défavorables. L’ancienne région roumaine devenue annexe de la Russie dans la formule de l’Union Soviétique fait des efforts pour garder ses traditions et sa culture et les transmettre aux nouvelles générations. Même si la politique de Staline prévoit le dépaysement des Roumains représentant l’élite de cette région historique, le souffle national y résiste grâce aux gens de lettres qui vont naître à partir des années 30. Ils sont ceux qui contribueront à la conservation de la langue et écriront l’histoire de ce pays voulu déraciné. Du patrimoine culturel de la Bessarbie font partie, sans doute, les littératures mémorielle et testimoniale qui révèlent comment ce patrimoine même a été conservé et consolidé. C’est une sorte de mise en abyme.

Notre communication portera précisément sur un auteur de la Bessarabie – Nicolae Dabija – dont le premier roman intitulé Temă pentru acasă fut considéré en 2010 comme le livre le plus lu en Moldavie les dix dernières années, puisque emprunté aux bibliothèques par plus de 100 000 lecteurs pendant 9 mois. Ce livre fait certainement partie du patrimoine culturel de la Bessarabie. Il traite du drame vécu par les Roumains déportés en Sibérie qui grâce à leur croyance en Dieu, en tout ce qui est bon, réussirent à survivre.

 

Nous allons aborder le livre de N. Dabija du point de vue de la traduction et de la traductologie. Il nous semble important d’étudier cet élément du canon culturel de la Bessarabie du point de vue d’un Autre qui va se faire connaître et qui espère atteindre au canon universel dans les conditions d’une Europe multiculturelle qui promeut l’unité par la diversité. Nous nous sommes proposé d’observer et d’analyser la manière dont les traducteurs se sont adonnés à transposer les références culturelles, s’agissant d’une traduction en français et d’une autre en italien.

Biographie de l'auteur-e

Irina DEVDEREA

Doctorante Université «Ștefan cel Mare» Suceava, Roumanie

Téléchargements

Publié-e

2020-11-30

Numéro

Rubrique

Articles