Le rôle de la situation de communication dans la création de l’effet humoristique dans la comédie française Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?

Angela GRĂDINARU

Résumé


Résumé: L’objectif principal de cette recherche est de relever le rôle de la situation de communication dans la création de l’humour et de l’ironie dans la comédie française Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? Notre choix a été motivé par le côté divertissement de l’audiovisuel. Ainsi, le sujet de recherche proposé met l’accent sur l’emploi de l’humour et de l’ironie comme stratégies discursives misant sur l’implicite et le sous-entendu dans les films français. De plus, l’étude dans une approche pragmatique de l’humour et de l’ironie permet de mettre en valeur le jugement critique et le bagage de connaissances culturelles, interculturelles et extralinguistiques sur le monde dans des situations concrètes pour déceler les intentions du locuteur. Nous nous sommes également proposé d’analyser ce phénomène à partir des allusions ironiques et humoristiques au niveau verbal conditionnées par une situation de communication. En fait, les Français ont toujours été courageux d’aborder des sujets qui fâchent tout en restant neutres, démocratiques et corrects et en montrant pour de vrai ce qui signifie la liberté de la presse à l’ère de la mondialisation. Le mélange entre les subtilités de l’audiovisuel et celles de l’ironie et de l’humour à travers différents degrés et formes nous présente la vraie société française par les yeux et les personnages des films. Par conséquent, on estime qu’il y a différentes catégories d’humour employées soit pour faire rire, soit pour se moquer de quelqu’un, soit pour démasquer les vices et les défauts de la société. D’autres chercheurs, parlent non pas de catégories d’humour, mais de formes de rire pour désigner les mêmes sous-types qui renvoient à l’usage de l’humour. Suite à cette analyse, nous avons en effet déduit que l’ironie est une catégorie d’humour, employée le plus souvent avec une connotation majoritairement négative et pointe les défauts, les vices de quelqu’un. Même s’il y a des marques au niveau verbal qui signalent la présence de l’ironie, ce sont surtout les gestes, la mimique, le ton des personnages qui trahissent l’emploi de l’ironie dans la situation communicationnelle. Les éléments para verbaux et non verbaux jouent un rôle assez important dans l’énonciation des propos ironiques. Les marques verbales se manifestent le plus souvent au niveau lexical – par l’emploi des expressions types ou stéréotypées, et au niveau stylistique – par l’emploi de différents registres de langue, surtout celui familier et argotique, et par l’emploi des figures de styles telles que l’antiphrase, l’hyperbole, la litote, l’oxymore.



Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.