«L’Autre» en Géorgie au Moyen Âge tardif (suivant les narrations des missionnaires catholiques)

Manana JAVAKHISHVILI

Résumé


En général, l’étude des problèmes des relations entre les siens et les étrangers est très pertinente dans les sciences humaines d’aujourd’hui. De ce point de vue, il nous semble très intéressant d’analyser des narrations des missionnaires de l’Ordre des Théatins arrivés en Géorgie au Moyen Âge tardif, au début du XVIIème siècle. Il s’agit des Relations rédigées par Arcangelo Lamberti, Giuseppe Giudice de Milan, Cristoforo Castelli, Don Pietro Avitabile où ils décrivent en détail la situation politique et socio-économique de la Géorgie, sa vie et sa culture, ses coutumes locales et des ressources naturelles du pays. Ce sont des sources d’une importance majeure sur l’histoire de la Géorgie du XVIIème siècle et sont très appréciées de chercheurs. Cependant, des recherches n’ont jamais été effectuées sous cet aspect. Dans des textes mentionnés, les auteurs relatent l’attitude des indigènes, essentiellement des Géorgiens orthodoxes, à leur égard, en tout cas, ils nous proposent leur propre interprétation des dispositions intérieures de la population autochtone: Comment les missionnaires catholiques avaient-ils été accueillis en Géorgie? Étaient-ils pour eux «les étrangers»/«les autres»? Quelle prévention ou quels stéréotypes existaient contre eux? Quels sont les changements que leurs relations avaient-elles subis? Quel était l’accueil qui leur était réservé par différentes couches sociales du pays? L’objectif de notre recherche est de trouver des réponses à ces questions.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.