À l’aube d’une histoire littéraire: Comment les textes grecs d’époque impériale ont-ils cristallisé le canon classique?

Valentin DECLOQUEMENT

Résumé


Les études modernes s’accordent à diviser l’Antiquité en grandes périodes: archaïque, classique, hellénistique et impériale / tardive. L’objectif est ici d’interroger le rôle qu’ont joué certains auteurs de cette dernière époque dans l’élaboration d’une telle périodisation et dans la cristallisation d’un canon classique dont nous sommes aujourd’hui tributaires. Le tournant des IIème-Iersiècles av. J.-C. voit l’émergence du courant atticiste qui invite tout prosateur à imiter stylistiquement un corpus issu des Vème-IVèmesiècles. Nous nous concentrerons d’abord sur différents traités de Denys d’Halicarnasse (Ier siècle av. J.-C.): en définissant les modèles canoniques, ce théoricien de la rhétorique a établi un corpus de «grands» auteurs anciens qui a déterminé la réception moderne de la littérature grecque aussi bien dans les études universitaires que dans l’enseignement, au discrédit de l’époque alexandrine. Il s’agira ensuite d’envisager le rôle déterminant qu’ont joué lesVies des sophistes de Philostrate (IIIème siècle apr. J.-C.) dans notre représentation de la première Sophistique, un rôle d’autant plus paradoxal que ce texte et son auteur sont relativement peu travaillés. Une meilleure appréhension de l’époque impériale, qui connaît un regain d’intérêt depuis les dernières décennies alors qu’elle a longtemps été discréditée comme décadente, nous amènera à mieux appréhender notre propre vision de la littérature antique, à mieux nous questionner sur nos propres présupposés, mais aussi à modifier notre approche et à terme l’enseignement.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.