La musique traditionnelle géorgienne dans les œuvres d’auteurs français

Nino MAKHARADZE

Résumé


La Géorgie, petit pays situé au croisement de l’Europe et de l’Asie attirait l’attention des hommes politiques, des voyageurs, des commerçants, des scientifiques et des missionnaires étrangers depuis les temps immémoriaux. À part leurs intérêts particuliers, ils étaient intéressés par les gens, les mœurs, la religion, les rites, la médecine populaire, les jeux et la musique de la Géorgie qu’ils n’oubliaient pas de mentionner dans leurs textes.

Les Géorgiens ont créé une culture musicale hautement développée et l’ont préservée à ce jour. En 2001, l’UNESCO a classé le chant polyphonique géorgien parmi les Chefs-d’œuvre du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Le présent article fournit des données sur la musique traditionnelle géorgienne dispersées dans des ouvrages des auteurs français des XVIIème-XVIIIème siècles. Il n’y a aucun texte spécial à ce sujet et les chercheurs/musicologues se limitent à citer des extraits tirés des œuvres de Jean Chardin, Jacques François Gamba et Alexandre Dumas (Père). Ma recherche a révélé d’autres textes aussi, qui sont inexplorés de ce point de vue (il s’agit des ouvrages de Ferrieres- Sauveboeuf, Louis Granger, Aubry de la Motraye, Jean Baptiste Tavernier, Joseph Pitton de Tournefort et Le Baron de Baye).


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.