Le jargon estudiantin de l’université OMAR BONGO1: un exemple de polyphonie

Marie-France ANDEME ALLOGO

Résumé


On découvre le phénomène de la polyphonie avec Bakhtine dans l’étude qu’il consacre à l’œuvre de Dostoïevski traduit du russe en 1970. À partir de là, le terme «polyphonie», du fait de son pouvoir évocateur, appliqué d’abord à la littérature, a vu son champ disciplinaire s’élargir et sa définition se modifier. La polyphonie désigne la diversité des voix qui se manifestent dans un discours ou au sein d’un énoncé. Mais qu’est-ce qu’un discours? Qu’est-ce qu’un énoncé? Si l’on admet que tout ce qui contribue à la mise en œuvre de la langue peut s’apparenter à un discours et qu’un discours peut désigner un ensemble d’énoncés, on peut donc admettre que le jargon qui désigne l’usage spécifique que fait un groupe socioculturel ou professionnel de la langue commune, notamment par les modifications d’ordre lexical ou prosodique qu’il lui apporte [...] (Neveu 207), est en quelque sorte un discours. Cet article tente de démontrer que le jargon des étudiants de l’université OMAR BONGO du Gabon relève de plusieurs aspects sur le plan de la connotation discursive. Ces aspects s’apparentant à de multiples voix, il s’agit donc de la polyphonie. 


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.